Cap au Nord partie 1

Il y avait 205 kilomètres entre Dalat et Nha Trang. L’étape d’aujourd’hui, Nha Trang à Hoi An, est plus sérieuse: 511 kilomètres. Partis à 6 heures du matin, nous devrions arriver en fin d’après-midi, vers 18 heures à destination. J’ai repris mes habitudes de voyage : depuis le paquet de biscuits acheté le matin en guise de petit déjeuner avant de monter en voiture jusqu’à ma place, à l’avant droit du bus, pour filmer. Chance: le couple de Canadiens occupe une banquette trop éloignée de la mienne pour discuter entre nous. Quant à la jeune belle-sœur, elle s’est réfugiée au fond du car. Elle supporte mal les voyages en auto.

Nous avons déjeuné, le grand déjeuner, pas mal de kilomètres plus loin. Pour gagner l’endroit, le car a quitté la nationale et serpenté dans un dédale de petites routes, parfois retournées à l’état de pistes sablonneuses, un crochet d’une dizaine de kilomètres au milieu d’une petite presqu’île. H a débouché soudain au bord de la mer sur un parking en cul-de-sac appartenant à un hôtel restaurant, hôtel un peu, quelques bungalows, restaurant beaucoup, une immense salle largement ouverte surplombant une jolie crique encastrée dans la falaise, Dai Lanh. Cinq autres cars arrivés avant le nôtre attestent du type de restaurant :
c’est un « routier ». La nourriture n’est pas très chère, le menu pas très disert, la cuisine pas extraordinaire, te service pas rapide car les quelques jeunes qui l’assurent manquent d’expérience et de motivation face à la centaine de convives répartis en tables de quatre à six qui sont seulement de passage, qu’ils ont peu de chance de revoir un jour. Tout naturellement je m’installe avec les trois Canadiens; on ne peut échapper à tout, mais bon… iis ne sont pas si désagréables que ça. La plage en bas est très joiie et !e chauffeur d’Open nous accorde un petit quart d’heure pour y faire une promenade digestive. De toute façon, le temps est résolument « variable », le vent n’est pas très chaud, les rouleaux de la mer grondent et claquent méchamment, menaçants.

A voir : voyage Vietnam | croisière cat ba baie d’halong

Nous repartons, à petite vitesse à nouveau, jusqu’à ta nationa- le. Le détour nous aura rallongé le voyage d’une bonne heure en sus du repas. Cette option est aujourd’hui discutable mais certainement, les jours de grand beau temps, eHe doit être agréable.
À 17 heures — je m’attendais à pire — nous traversons Hoi An et continuons quelques kilomètres en banlieue de la ville. Le car entre et se gare dans l’immense cour d’un groupe de cinq ou six bâtiments massifs; on dirait une caserne. C’est un ‘ hôtel, le Thuy Duong. Selon les normes vietnamiennes, il appartient à la catégorie « quatre étoiles » contemporaine. Les promoteurs ont pensé faire luxueux. Ils ont surtout fait vaste et prétentieux, mais c’est propre, solide, presque neuf. Les prix ont été étudiés avec la même optique : bien étoffes. Notre chauffeur a l’habitude des clients qui ne sont pas enclins à s’installer ici. Il nous informe de suite qu’il va ramener vers un autre hôtel en ville ceux qui le voudraient. J’en suis. Et ce sera le Duong 2, filiale évidemment du premier. Il est du même style mais tout a été ramené à des proportions normales. Ma chambre m’est offerte à 7 $ et c’est une chambre normale, je veux dire pas spéciale, pas au rabais. Rétablissement n’a qu’un défaut, pas si négligeable ; il n’a pas de restaurant et il est en limite de l’agglomération, à un petit kilomètre du centre. On fera avec… La fille de la réception m’oriente vers la gauche en sortant de la cour et m’assure qu’à quelques centaines de mètres, au bord de la rivière Je trouverai les meilleurs restaurants en rapport qualité/prix. Au grand dam de ta tenancière d’une gargote installée en face du portait, une vieille qui va se démettre quelque chose à force de mouliner des bras en signe d’invite, je m’éloigne d’un bon pas.

Für mehr Infos: Halong Bucht Vietnam

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply

Powered by WordPress