La baie de Ha Long. Fin du voyage partie 11

C’est entendu, les gosses vont manger des frites. Elle, ne sait vraiment pas quoi avaler; elle n’a pas d’envies bien définies; des bananes flambées, peut-être? avec un peu de curry, flambées au curaçao alors? et puis quelques crevettes (des gambas) rôties? Après, si elle a encore faim, elle verra. Je vous fais grâce d’une description relative à l’autre dame. Elle ne lui cède en rien pour les manières prétentieuses. C’est comme si nous dirigions toujours l’Indochine, comme si leurs maris, plutôt, dirigeaient toujours l’Indochine, et que leur perpétuel gros problème soit de diriger leur domesticité indigène, tarée, fainéante et voleuse. Tout un roman s’étale devant moi. Michel, le patron réunionnais, fait bien sûr l’écho. Ses petites factures sont en bons dollars, en abondants dollars, il faut savoir être commerçant avec les clientes. Même la mienne, soit dit en passant : 104 000 dôngs, c’est un retour douloureux à la civilisation gastronomique. Au fait, Michel, tu as promis de venir tantôt nous retrouver à ta piscine du cercle? J’y compte, je n’ai pas envie de m’y barber jusqu’à ce soir… Quelque chose me dit que Michel est le meilleur ami de Monsieur… Ce qui ne l’empêche pas de diriger de main de maître une société d’importation de carretages de luxe, avec bénéfices en rapport. Selon ses dires, c’est la qu’i gagne vraiment sa vie, le restaurant de sa femme n’est qu’une bricote.

Voir plus: visa vietnam en ligne | Circuit Delta du Mekong | Croisière Halong | trek 4 jours sapa

Un autre jour, j’ai déniché un autre restaurant non vietna-mien, excepté la nationalité de la patronne, joint venture oblige. Les spécialités sont italiennes. Le patron est du Haut-Piémont et a une seconde auberge du même style à Nha Trang. Il y était d’ailleurs. Sa femme, ou plutôt sa compagne car il ne l’a pas encore épousée, est charmante. Elle lui a donné une bambine de six ans adorable. Elle rêve devant les posters muraux des grands tacs de là-bas. Parfois, les beaux-parents viennent en vacances à ! Hanoi et sont très gentils, ils lui décrivent avec quel bonheur ils la recevront, un jour, chez eux. Mais les voyages coûtent si cher ! En attendant la dame, qui ne parte ni français ni italien, dirige le restaurant et, à ta demande, passe des cassettes sur la hi-fi aux itatiens de passage. Pavarotti tait partie des richesses de la maison (quoique dans un enregistrement en anglais avec Liza Minnetti, it n’y a que la foi qui sauve). En revanche, j’ai eu droit à un splendide et authentique osso bucco puis, après le cafe expresso, à une grappa de derrière les fagots, importée en droite ligne de la Botte, et gratuite s’il vous plaît. Je n’ai pu taire autrement qu’assurer à mon hôtesse qu’elle irait certainement très bientôt découvrir l’Italie et qu’elle t’adorerait. Il suffira que son Roméo pense à l’épouser…
Ces derniers jours à Hanoi font tout pour me faciliter le départ. Il ne fait ptus vraiment chaud, vingt-cinq degrés en moyenne et it pleut chaque jour, soit l’après-midi, soit te soir, à verse durant une heure ou en long crachin. La veille de mon départ, en fin de matinée, je suis tombé nez à nez avec Miouki, l’étudiante japonaise rencontrée à Hué pendant la promenade aux tombeaux et qui m’avait ensuite snobé dans le car pour Hanoi. Ce matin, ce Soleil levant est radieux.

Lesen Sie mehr: Vietnam Rundreise 15 Tage, Kreuzfahrt Halong Bucht

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply

Powered by WordPress