La baie de Ha Long. Fin du voyage partie 8

Lac ouest Hanoi

Le bateau a mis moins de temps pour son retour que l’autre jour. Le temps se gâte, il a même plu un peu. Nous avons redéjeuné au même restaurant, aussi mal, puis repris le même car à destination de Hanoi. Seule variante : toutes les places libres à l’aller sont dévolues à une partie des touristes ajoutés pour le trek à notre groupe, les Néo-Zélandais et consorts. Certains de ceux-ci auraient besoin de trois places plutôt qu’une pour se caser. Mon Dieu, merci de m’avoir attribué comme voisin notre compagnon de Saïgon ; sa taille est normale et il ne déborde pas.
Le programme mentionne une halte avec rafraîchissement. Nous entrons dans une grande cour et nous rangeons au flanc de trente autres cars. Une salle immense et cimentée aligne de longues tables avec des bancs en bois, toute semblable au réfectoire d’un pensionnat. Elle a dû voir plus d’une réunion du Parti. On nous y offre… du thé. Libre à nous d’aller acheter d’autres boissons au bar. Sur une grande table avec tréteaux des vendeurs nous proposent aussi une flopée d’articles artisanaux et des friandises, la camelote courante, certainement plus chère qu’en boutique mais, c’est connu, les Étrangers en vacances ne sont jamais satisfaits… Nous gâchons plus d’une heure de nos pré-cieuses vies dans ce lieu et n’arriverons à Hanoi qu’en toute fin de journée. Triste fin pour une excursion qui n’a pas été désagréable. On me ramène à mon hôtel. J’y retrouve une chambre identique et au même prix mais au premier étage. Tout naturellement je vais dîner au Romantic Darling cafe. J’ai fait ma dernière excursion au Vietnam, jusqu’au prochain voyage. Il me reste six jours à passer à Hanoi.

Lac ouest Hanoi

Descendu en ville vers dix heures, je décide de pousser jusqu’au quartier de l’Université. Gherart m’a invité à lui rendre visite et lui téléphoner. Je n’en ai pas envie. Sur mon pian j’ai repéré au centre du complexe te grand parc Lénine. C’est plutôt là que je veux passer la journée. J’y accède à treize heures avec la faim au ventre. Peu de magasins dans le quartier, et aucun restaurant n’a été prévu pour moi. Rien que des maisons particulières et pas des jeunes ! C’est un quartier populaire laissé en l’état depuis la fin de notre colonisation. Voici le parc, enclos d’un haut mur et d’un portail monumental à grille très banal. J’espère trouver du ravitaillement à l’intérieur. J’achète un ticket d’entrée. Juste derrière, deux femmes ont installé chacune un pèse-personne de salle de bains. Elles monnaient le travail des engins auprès des passants et se sont mises d’accord pour un prix unique. Je suis persuadé d’avoir maigri, avec tous les footings que je pratique mais je veux garder la surprise pour la France. D’ailleurs, les balances ne sont pas authentifiées par le Contrôle des Poids et Mesures. Par contre, sous une toile de tente une cuisine de rue a dressé trois tables. Vite une chaise ! Je me sustente, à la fortune du pot.

A voir : voyage Vietnam | croisière cat ba baie d’halong | demande de visa vietnam | Mékong tour | sapa trek 2 jours 1 nuit 

C’est un jardin comme les autres, avec les mêmes massifs de fleurs, en majorité des géraniums, les mêmes grands arbres, les mêmes bancs publics. Sauf quelques jeunots qui n’ont pas pu abandonner leur moto, les gens flânent, comme il se doit, ou paressent sur un banc. Il y a une majorité de jeunes gens et jeunes filles, probablement des étudiants, plus occupés à échanger de tendres propos qu’à réviser leurs cours. H fait chaud mais sans plus dès qu’on se met à l’ombre. Je m’arrête, pas loin d’un grand lac, et m’assois devant mon livre. Je regarde plus les gens que les pages. Les heures défilent. Je gagne une buvette. J’ai un peu de mal à trier entre les jus de fruits. Un Vietnamien âgé quitte sa table et vient à mon secours. Il parle français et me dit être ravi de notre rencontre. H est retraité. Jadis, il fut un des peintres officiels du Régime communiste. H a fait la guerre au maquis et approché souvent Ho Chi Minh. À titre officiel il a eu l’occasion de venir en France, à Paris et même en Provence, invité, si j’ai bien compris, par notre Ministère de la Culture, tous frais payés. J’ai cru aussi comprendre que ces invitations obéissent à un protocole : nous demandons au Ministère vietnamien l’envoi d’une délégation et c’est ledit Ministère qui choisit les participants…

Sehen Sie mehr: Halong cruise

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply

Powered by WordPress