Le delta du Mékong partie 22

Une douche après te repos, et à ta rue ! J’ai emmené mon grand cahier pour écrire mes récentes aventures. À la même pagode, ta même marchande de soupe me vend un verre de sirop de canne à sucre, écrasé selon l’usage entre deux rouleaux de fonte. On trouve ces machines à tous tes coins de rue. Le jus est bon, c’est donné et bien plus sain que tous tes sirops industriel du monde, Coca et Pepsi compris. Je commence à noircir quelques pages. A Cantho j’avais essuyé une courte averse.

Nous ne sommes pas encore en saison des pluies que je sache, eles débutent, en principe, fin avrit, début mai. Cependant it y a souvent des nuages dans te ciel des après-midi depuis quetques jours. Et justement un gros éclate. Brusquement il tombe des cordes. Je me réfugie dans la pagode. Un moine me salue d’un sourire. Entre les autels et les statues de Bouddha, je découvre des pupitres d’écolier et des tableaux noirs ornés de calligraphies.

Ces bonzes font aussi l’école. Je comprends pourquoi j’ai vu tant d’enfants et d’adolescents dans ta cour. Les salles de cour sont dans te bâtiment du fond, ici se dispensent probablement tes cours particuliers et de rattrapage. Il est dix-sept heures. La ptuie a cessé et te soleil a réaffiché sa bonne humeur. Les chaises dehors sont bien mouillées. Autant aller continuer mes écritures dans te salon de l’hôtel.
Un des réceptionnistes est intrigué par mon apptication.

A voir: 15 jours au vietnam | moon light cat ba jonque

Il s’approche curieux — tous tes Asiatiques sont curieux en diable ! Nous plaisantons un peu, ce qui attire quatre ou cinq autres employées de l’hôtel. Nous nous comprenons mat mais rions beaucoup. Je semble attirer leur sympathie. Non seulement j’appartiens à une race bizarre et peu connue de ces jeunes filles mais j’ai un drôle de petit bonnet patchouan — un cadeau ramené des Indes par ma fille — et un gros ventre qui cherche à s’échapper de ma chemise trop étroite et mal boutonnée. Très vite on me balance du « baba », en voilà C’est de mon âge et je ferai bien de m’y habituer car ce ne sera pas la dernière fois au Vietnam (ni ailleurs).

Il est 18h30. La nuit est en cours d’installation. Il est grand temps de rejoindre mon trottoir-salle à manger puis de revenir chez moi. D’ailteurs n’ai-je pas ta télé? Je veux aussi me doucher car demain ma journée débute tôt. Au fait, dans la salle d’eau ce matin j’ai vu mon premier cafard depuis mon retour au Vietnam. J’ai tenté de l’écraser mais ma vitesse de pointe n’égalait pas la sienne. Question taille, c’était une belle bête : ta moitié de mon index.
Demain à sept heures, il me faut être au ferry pour Phù Quôc.

Besuchen Sie uns unter: Halong Bucht 2 Tage

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply

Powered by WordPress