Un très long voyage aller partie 1

J’ai laissé clés et consignes à mes voisins. Régine, une amie, m’a conduit à l’agence de voyages afin de récupérer mon passeport revenu seulement le 1er mars de Paris avec le visa de trois mois, puis à la gare de Toulon. Nous sommes le 2 mars 1999, après-midi.

Au fil des jours et des conseils de tout le monde, y compris de ceux qui ne voyagent jamais, j’emporte beaucoup de choses, dont un gros volume de médicaments, les habituels pour mes tripes délicates et, pour trois mois, cela en fait des plaquettes de pilules et des sachets ! et puis tous ceux qui… au cas où… Le résultat final donne un sac à dos de 60 litres, un petit sac-musette et une énorme valise à roulettes, le tout bourré, soit 26 kilos sans la musette, bagage cabine. C’est un premier risque encouru puisque les règlements aériens n’autorisent en principe que vingt kilos. Et c’est certainement beaucoup trop pour mes futurs déplacements mais je n’ai pas réussi à trier le surplus. On verra sur place, à Saïgon.

Je prends le train pour Marseille et le car de navette pour Marignane. Marrant : le train me coûte 44 francs avec ma réduction senior mais la navette 46 francs. Arrivé à l’aéroport en fin d’après-midi, j’ai une heureuse surprise: dans le hall de l’aérogare un service de téléphones permet d’appeler quelques hôtels de la zone dont le mien, nuit d’hotel afin qu’on vienne vous chercher avec une navette — gratuite, celle-ci – navette qui vous ramènera te moment voulu pour prendre votre avion. Que demande te peupte? Donc,donc, nuit d’hotel (157 francs, c’est raisonnabte) et dîner à te restaurant de l’hôtel IBIS
voisin et d’aitleurs holding de mon propre hôtet (tes prix y sont moins raisonnabtes). Ensuite, au )it ! Je regarde un peu ta télévision mais te coeur n’y est pas. J’éteins assez vite et essaie de dormir car demain je décotte de bonne heure.
Je suis bien trop énervé pour dormir longtemps. Dès trois heures trente, je me résigne à me lever, fais lentement ma toitette et ma vatise, et attends… À 5 heures, je monte dans ta navette de t’hôtet. Pour un embarquement à 6 h 20, ce n’est pas moi qui retarderai ta procédure.

Quelqu’un d’autre s’en charge. À t’heure dite, une hôtesse nous invite à patienter, sans autre information. La rumeur m’apprend qu’un membre de t’équipage manque à t’appel. Nous n’embarquerons qu’à 7h 15 pour… te bout de la piste. A 8h20 enfin nous quittons terre. Pas pour très longtemps car nous faisons escale à Oolna, l’aéroport de Clermont-Ferrand, afin de charger d’autres passagers. Le résultat est que le contrôle aérien ne nous dispatche un couloir qu’une heure et demie plus tard. Le pilote nous promet d’augmenter sa vitesse afin d’assurer nos correspondances à Amsterdam. Une certaine inquiétude règne apparemment dans l’avion et aussi en moi-même. Bravo! REGIONAL AIRLINES.

A voir: voyage vietnam famille | excursion cat ba

Amsterdam; pas de temps à perdre car il me faut récupérer mes bagages et tes faire réenregistrer auprès de MALAYSIA AIRLINES, mon nouveau transporteur. Et c’est en anglais que, désormais, je dois me faire comprendre. Qu’il est toin mon « Shakespeare », et pas fameux, en plus. Je passe quand même à temps en salle d’embarquement et. à 12h 18 pour être précis, le Boeing 777 décotte. Le siège est relativement confortable mais mes longues jambes ne s’habitueront jamais à !a classe touriste. Je suis à côté d’un hubtot. Je passe mon temps à essayer de faire coïncider le paysage avec l’itinéraire qui s’inscrit sur le petit écran d’ordinateur fixé au dos du siège devant moi. Nous avons déjeuné peu après le décollage ; sommaire et pas très bon. Nous dînons de même et, à mon grand dam, l’hôtesse m’oblige à aveugler mon hublot bien avant l’obscurité.

查看更多: The Paradise Cruises

Lesen Sie mehr: Halong Bucht reisen

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply

Powered by WordPress